Abonnez-vous maintenant

* Vous recevrez les dernières nouvelles et mises à jou

Trending News

Blog Post

Nicolas Beau : le pyromane maître-penseur d’un site mythomane & maître-chanteur
Nicolas Beau : le pyromane maître-penseur d’un site mythomane et maître-chanteur
Actualités

Nicolas Beau : le pyromane maître-penseur d’un site mythomane & maître-chanteur 

Fomenteur d’affabulations et fomentateur de machinations.

Comme le capitaine Hicham Aboud, Nicolas Beau pratique le chantage à l’information. Mais l’officier algérien reste un petit joueur.

Le journaliste français a su racoler et former une petite katiba de mercenaires et de chaouchs, pour désinformer les opinions publiques, en France, en Europe, et, sur les sujets qui concernent la communauté franco-musulmane, la politique et le business en Afrique et dans le monde arabe.

Nicolas Beau n’est pas seulement un menteur, mais un fomenteur d’affabulations et de machinations.

Tel un fomentateur de la « brigade de la haine de soi et de la violence contre les siens », une milice de janissaires d’une nouvelle « race », Nicolas Beau a réussi à embrigader une Légion étrangère de mouchards médiatiques et de moucherons électroniques, en guerre contre leurs pays d’origines.

Le métier du chantage médiatique.

Le procédé pratiqué par Beau, et ses semblables, est simple comme bonjour.

Le vautour, auréolé du titre de journaliste ou de chercheur, publie un pavé, un livre ou des articles, à charge contre un pays, une autorité, ou une personnalité,
puis réclame une mallette pour que cette bouche cupide et maligne, cette presse indigne, qualifiée de média en ligne, devienne muette.

Le couple Maître-chanteur : Nicolas Beau et Catherine Graciet.

Catherine Graciet complce de Nicolas Beau dans métier du chantage médiatique

Nicolas Beau pratique ce deuxième plus vieux métier du monde, celui de Maître-chanteur, depuis plus d’une décennie. Il a coécrit avec son amie Catherine Graciet deux célèbres livres : Quand le Maroc sera islamiste, puis La régente de Carthage. Puis les deux journalistes ont pratiqué ensemble le chantage des publications contre la monarchie autoritaire d’un côté, et contre la république policière de l’autre.

Puis leurs chemins ont bifurqué avec l’éclatement di Printemps arabe. Nicolas Beau a « choisi » de lécher le makhzen marocain et de lyncher le régime algérien, et pas seulement la dictature des généraux, qui a refusé ses offres de service.

Quant à Graciet, elle s’est fourvoyée puis foudroyée dans le chantage informationnel du Maroc. Après avoir publié, en 2012, avec Éric Laurent, Le Roi prédateur : Main basse sur le Maroc, elle a été interpellée, en 2016, avec son coauteur, par les forces de l’ordre à Paris. Le makhzen les a piégés, comme il se doit, en filmant secrètement plusieurs rencontres avec ces deux « journalistes » français. Ces derniers réclamaient 3 millions d’euros au Roi du Maroc, M 6, en contrepartie, de la non publication d’un nouveau livre à charge contre le souverain.

Mondafrique : le site mythomane maître-chanteur au service d‘escrocs pyromanes.
Mondafrique : le site mythomane maître-chanteur au service d‘escrocs pyromanes.

Mondafrique : le site Mille Collines de la propagande pyromane.

Contrairement à la déchéance légitime de Catherine Graciet, l’alter-ego de Nicolas Beau, ce dernier reste pour l’instant indemne. Ses victimes préfèrent rester muselées. Alors, son venin reste loquace !

Dans son site Mondafrique, ou Monde à Fric, la désinformation reste vorace autant que le chantage reste vivace.

Bakchich est un site internet d’information satirique dont Nicolas Beau était le rédacteur en chef entre 2007 et 2012.

Beau est devenu le chef cynique d’une « clique » médiatique dans laquelle le bakchich tire les rênes. Alors, la désinformation y reste souveraine !

La désinformation effrénée jusqu’à la schizophrénie.

Le mariage entre un journaliste expert en manipulation mijotée dans des prédications géopolitiques et prédictions catastrophiques, Nicolas Beau, et un historien expert en mystification pimentée d’inventions biographiques, Sadek Sellam, a enfanté un genre spécifique : la colique journalistique !

La colique journalistique, c’est relater une actualité avec des histoires frelatées.

C’est un récit qui mélange des événements vrais, actuels et factuels, avec des éléments historiques, mais infectés d’intox, avec des éléments fantasmagoriques, parfumés de bonnes intentions ou du bon sens, tels que défendre la démocratie dans les pays arabes, lutter contre la corruption de la France-Afrique, sauver la Grande mosquée de Paris…

C’est diluer plusieurs doses de poison, ou d’information toxique, dans des fioles appelés articles de presse, lors de beuveries ou d’orgies qui peuvent durer plusieurs jours ou plusieurs mois, lors de feuilletons qui débauchent les bons sentiments, qui violent la vérité et qui se drapent dans les chiffons du militantisme journalistique.

C’est une simulation éblouissante de la sincérité dans la quête de vérité, et une stimulation hystérique de la cécité et des troubles communautaires ou politiques.

Mais à force d’inventer et de vomir des mensonges, on finit par les boire et par y croire.

À force de vouloir empoissonner tout le monde, on finit par s’auto-intoxiquer, telle la vipère qui finit par se mordre la queue.

Pire ! Mondafrique devient un site scatophagique. Pire qu’un babouin consommant ses propres excréments, ce site alimenté par Nicolas Beau et Sadek Sellam, s’emmêle les pinceaux de la désinformation hystérique… et s’embourbe dans la contradiction schizophrénique.

Ci-dessous, une série d’articles qui démontrent que l’artillerie de Mondafrique est devenue tellement folle, qu’elle défend ceux qu’elle mitraille dans d’autres endroits du site, qu’elle brandit des étendards après les avoir voués aux gémonies. Ce site ne sait plus à quel matraquage malsain se vouer.

Dixit Mondafrique : Hafiz et Louanoughi, le recteur de la Grande mosquée de Paris et son directeur général, ont fait un putsch contre le recteur Boubakeur et contre le candidat de l’Etat algérien, Bencheikh. En apprenant leur Rdv avec l’ambassadeur de l’Algérie en France, il ponde un article spéculant sur leur convocation, et sur leur imminente éviction.

Une fois que l’actuel recteur s’affiche joyeusement avec son prédécesseur et avec l’ambassadeur algérien, le récit devient un putsch fomenté par les Services de Renseignement algériens contre la Présidence algérienne. Tout en défendant la nomination de Bencheikh comme recteur parrainé ou entériné par ces même Service.

Et quand le président algérien reçoit le duo diabolisé, Hafiz et Louanoughi, le récit se métamorphose en putsch fomenté par certains généraux, en citant quelques noms et en inventant des scénarios dignes d’un plagiat médiocre de Games of thrones…

En résumé, le site diabolise l’élection du président Teboune… puis l’alerte, tel un prévenant conseiller, contre la perte de la Grande mosquée de Paris !

Le site se scandalise de l’ingérence étrangère dans l’islam de France puis réclame, tel un vautour voyant s’échapper une proie, l’intervention des pouvoirs politiques algériens et français pour ANNULER l’élection du nouveau recteur de la Grande mosquée de Paris !

Related posts