Abonnez-vous maintenant

* Vous recevrez les dernières nouvelles et mises à jou

Trending News

Blog Post

L’islamisme politique, d’Abderrahim LAMCHICHI
L’islamisme politique, d’Abderrahim LAMCHICHI
Actualités

L’islamisme politique, d’Abderrahim LAMCHICHI 

L’Harmattan, Paris, 2001, 174 p.

Résumé

Selon l’auteur, observateur et spécialiste des mouvements politiques au Maghreb, les mouvements islamistes, après leur succès dans les années 70/80, sont maintenant dans une « impasse » politique et culturelle et connaissent des mutations. La première partie définit l’islamisme en le distinguant des termes qui lui sont souvent associés : traditionalisme, réformisme, néofondamentalisme. Il retrace la généalogie de l’islamisme et les composantes de sa mouvance dans le monde musulman.

Dans la deuxième partie il recherche les thèmes fortement mobilisateurs de l’idéologie islamiste, ainsi que les enjeux culturels et politiques fondamentaux auxquels sont confrontées les sociétés musulmanes : mondialisation, statut de la femme, violence politique, démocratie et droits de l’homme.

Dans la dernière partie, l’auteur cherche à comprendre les raisons de l’impasse de l’islamisme politique radical. Il envisage une intégration possible des courants modérés de l’islamisme et leur institutionnalisation.

Qualités

  • Plus que la thèse de l’échec des mouvements islamistes (G. Kepel, O. Roy) reprise et exposée par A. Lamchichi, la typologie des courants islamistes mérite d’être retenue. Elle souligne leur grande complexité, leurs points communs (occultation de l’histoire, confusion loi et foi, application stricte de la sharî’a…) et les différences entre les courants sur la question du pouvoir.
  • Dans la deuxième partie : « thèmes de mobilisation, enjeux culturels et politiques », l’étude des jeunes face à la « rhétorique islamiste » (chapitre IV) à partir d’exemples pris dans la société algérienne et le chapitre V (28 p.) sur l’importance primordiale du statut de la femme dans l’idéologie islamiste. L’auteur dénonce la situation des femmes dans la plupart des pays musulmans et recense les principaux thèmes islamistes sur la question de la femme (voir l’ouvrage de L. Babès et T. Oubrou), « dépravation » des mœurs, refus de la mixité, danger du modèle occidental de la femme… Le discours des « féministes » islamistes ne met pas en cause l’infériorité de la femme en islam.
  • Après le rappel du constat de l’« impasse » de l’islamisme, le dernier chapitre (20 p.) analyse la mutation à l’œuvre dans les courants islamistes qui contraint ceux qui veulent s’intégrer dans l’espace politique, à s’ouvrir à la démocratie et aux droits de l’homme.

Related posts