Abonnez-vous maintenant

* Vous recevrez les dernières nouvelles et mises à jou

Trending News

Blog Post

L’intégrisme républicain contre la laïcité, de Jean AUBÉROT
L'intégrisme républicain contre la laïcité, de Jean AUBÉROT
Actualités

L’intégrisme républicain contre la laïcité, de Jean AUBÉROT 

Éditions de l’Aube, 2006, 302 p.

Résumé

Au principe de ce livre, la conviction de l’auteur que le débat actuel sur la laïcité, dans sa version médiatiquement dominante, fait écran à la réalité des problèmes de la société française. Ainsi, comment ne pas voir que les discriminations en fonction des origines peuvent conduire, a contrario, par un réflexe victimaire et identitaire, à mythifier les différences et à les exalter ? Pour l’auteur, l’autosatisfaction d’une pensée française républicaine, sûre de son universalisme et de sa perfection, qui présente la laïcité comme un dogme intemporel et intangible, empêche de voir les vraies difficultés tout en stérilisant le débat intellectuel. C’est ce qui est dénoncé ici dans la notion d’intégrisme républicain. Cherchant à promouvoir « un autre discours sur la laïcité », l’auteur réunit ses réflexions en quatre parties d’importance inégale.

  • La première montre que « la vulgate intégriste républicaine » se refuse à soumettre « l’universalisme républicain abstrait » à l’épreuve de la réalité, tant elle est enfermée dans une approche essentialiste, intemporelle, fixiste, de la laïcité. L’auteur propose au contraire une confrontation avec la réalité sur plusieurs thèmes : les femmes, l’outre-mer, l’islam, les sectes, le multiculturalisme, la comparaison avec d’autres pays eux aussi « laïcs ».
  • La deuxième partie est un retour à l’histoire, essentiellement celle de la loi de 1905, montrant que les aspects les moins souvent abordés de cette loi seraient les plus utiles pour notre temps : la Séparation votée en 1905 est une laïcité libérale et non « intégrale », elle n’a pas été conçue comme une exception française ; elle s’inscrit dans un débat au cours duquel plusieurs formes de séparation possibles ont été envisagées puis rejetées.
  • La troisième partie propose une réflexion de fond sur deux thèmes majeurs : le problème de la religion civile et celui des mutations du public et du privé.
  • La dernière partie réunit deux textes de nature différente : « la déclaration internationale sur la laïcité au xxie siècle », texte adopté en 2005 dont Jean Baubérot s’est fait le promoteur ; et une étude sur la notion de « laïcité inclusive » – préférée à celle de « laïcité ouverte » – qui permet le mieux de résumer les convictions personnelles de l’auteur.

Qualités

  • En associant à contre-courant « intégrisme » et « laïcité », l’auteur propose une mise en garde qui n’est pas sans intérêt : « Il est trop facile (et très rassurant) de croire que l’intégriste, c’est toujours l’autre, le marginal, le non-intégré. L’intégrisme se trouve au cœur de la République, chaque fois que l’on radote les stéréotypes, les évidences convenues, les phrases toutes faites qui sont devenues des produits manufacturés de la non-pensée. L’intégrisme, c’est moins des contenus que des formes. Personne n’en est socialement indemne ; chacun doit s’en affranchir. »
  • Rédigé à partir de textes mis en ligne sur le blog de l’auteur pendant l’année du centenaire de la loi de 1905, l’ouvrage en a gardé le style vif et percutant, toujours clair et argumenté, parfois polémique sans verser dans le pamphlet. Il est de ce fait lisible par un vaste public, même par les non-spécialistes.

Dans le dernier chapitre, « pour une laïcité inclusive », l’auteur revient sur l’évolution de son approche de la laïcité au cours des dernières décennies, ce qui est intéressant eu égard à l’importance de Jean Baubérot a actuellement parmi les intellectuels français spécialistes du

Related posts