Abonnez-vous maintenant

* Vous recevrez les dernières nouvelles et mises à jou

Trending News

Blog Post

La fondation de l’islam de France se déchire autour de son « vizir » Ghaleb Benchikh.
Ghaleb Benchikh le vizir de la Fondation de l’islam de France
Actualités

La fondation de l’islam de France se déchire autour de son « vizir » Ghaleb Benchikh. 

Portfolio en 7 Vs 7

Les opposants au maintien de Ghaleb Benchikh comme président de cette fondation sont très nombreux, mais par souci d’équité, on se contente d’en citer 7 personnalités face à ses 7 principaux soutiens.

Des opposants : Les soutiens :
NADA YAFI HAÏM KORSIA
RAZIKA ADNANI DIDIER LESCHI
LEILI ANVAR ARNAUD SCHAUMASSE
ABDALLAH ZEKRI MOHAMED AL ISSA
KAMEL KABTANE HAKIM EL KAROUI
CHEMS-EDDINE HAFIZ BARIZA KHIARI
SADEK BELOUCIF SADEK SELLAM

NADA YAFI

NADA YAFI

Diplomate française d’origine palestinienne,
ancienne ambassadrice de la France au Koweït.
Ancienne interprète des Présidents de la République,
Directrice du centre de langue et de civilisation arabes de l’IMA, Institut du Monde Arabe,
Membre du comité de rédaction de la revue en ligne Orient XXI.

Nada Yafi a démissionné du Conseil d’orientation de la FIF pour plusieurs raisons.

Elle dénonce principalement le choix narcissique et « despotique » de Ghaleb Bencheikh de trahir ou de travestir la vocation de cette fondation publique pour servir ses intérêts égoïstes… et des intérêts d’autres pays que le France.

Elle dénonce l’utilisation scandaleuse et dangereuse de la Fondation de l’Islam de France par des puissances étrangères pour servir des agendas politiques : agrémenter la drague rhétorique ou la lune de miel géopolitique entre MBS et Netanyahou.

L’un des outils principaux de la sérénade que chante les Saoudiens aux Israéliens (et israélites du monde) est la Ligue Islamique Mondiale.

 La LIM est une organisation politico-religieuse qui orchestre l’impérialisme théologique saoudien : le salafisme pendant plus de 50 ans, le djihadisme pendant presque 40 ans… et soi-disant la tolérance et la paix depuis presque 4 ans. 

Le patron de cette organisation sulfureuse et dangereuse est le richissime Mohamed Al-Issa. Cet ancien ministre saoudien de la justice (la torture et le meurtre), est un très proche conseiller de MBS qui l’a autorisé à dépenser sans compter.

Pour investir le front français, Al-Issa a enrôlé Ghaleb Bencheikh, qui porte la nationalité saoudienne, et qui se comporte comme un sujet subjugué face aux sirènes des pétrodollars. Mais face à la somnolence de l’État français, et n’ayant par peur de se mouiller, Bencheikh a embrigadé la fondation qu’il préside, la Fondation de l’Islam de France, au service de ses maîtres saoudiens.

La relation ardente entre les pyromanes Bencheikh et Korsia est dépendante de la flamme israélo-saoudienne.

Pour la diplomate française, le rapprochement fusionnel entre le prétendu représentant des musulmans français et le Grand rabbin de France, répond exclusivement au rapprochement entre Tel-Aviv et Ryad, voire entre une Jérusalem occupée et une Mecque trahie… Le slow entre les deux personnalités répond à une musique composée dans d’autres pays, et « exécutée » pour enfouir ou couvrir les cris des peuples martyrisés par ces deux pays.

L’utilisation de la Fondation de l’Islam de France comme une majorette gavée de maquillage, participant au tapage d’une fanfare dépravée, mais alléchante, et qui essaie d’entraver les gémissements d’une région à feu et à sang, de la Palestine au Yémen, est une forme d’importation ou de continuation de conflits étrangers. Ce qui peut attiser les tensions communautaires en France. Ce qui peut provoquer, en France, une réaction violente des victimes des crimes d’état israéliens ou saoudiens.

——-

RAZIKA ADNANI

RAZIKA ADNANI

Philosophe et islamologue.
Elle collabore avec le collège des Bernardins dans le cadre de la réflexion sur le fondamentalisme.
Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

Son principal grief contre Ghaleb Benchikh : il est un agent de « la normalisation » de l’intégrisme islamiste, surtout celui de l’UOIF, devenue Musulmans de France, comme Éric Zemmour est un agent de « normalisation » de l’intégrisme nationaliste, surtout celui du Front National, devenu Rassemblement National.

Elle lui reproche, entre autres, son amitié avec Tariq Ramadan et les conférences qu’il donne (contre des récompenses pécuniaires) dans les rassemblements, colloques, lycées et instituts des Frères Musulmans.

——-

LEILI ANVAR

LEILI ANVAR

Chercheuse et maître de conférences en langue et littérature persane à l’INALCO.
Présentatrice de l’émission Vivre l’islam sur la chaîne tv France 2
Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

Opposé aux mollahs, mais opposé à l’importation du conflit ente les régimes saoudiens et iraniens en France.

Son principal grief contre Ghaleb Benchikh : il est un agent d’influence du régime saoudien, surtout qu’il porte la nationalité (et l’allégeance ?) saoudienne.

Elle lui reproche surtout d’utiliser la fondation de l’islam de France comme « supplétif » de la guerre que mène l’Arabie Saoudite wahhabite contre l’Iran chiite.

Ainsi, si l’État français autorise encore cette dérive de la Fondation de l’islam de France, dont il est le fondateur et le véritable dirigeant, alors il ne faut pas jouer aux vierges effarouchées quand l’Iran et ses Pasdarans, ou ses satellites comme le Hezbollah, utiliseront des associations musulmanes françaises comme outils de leur politique étrangère ou de leur propagande guerrière.

La France devra assumer sa responsabilité quand l’islam en France deviendra un champ d’affrontements (peut-être même sanglants) entre les Saoudiens et les Iraniens.  

——-

ABDALLAH ZEKRI

ABDALLAH ZEKRI

Secrétaire général du conseil français du culte musulman.
Président de l’Observatoire de l’islamophobie.
Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

Son principal grief contre Ghaleb Benchikh : il est un agent de banalisation du discours islamophobe, grâce à son art du double-discours, selon le public.

Il lui reproche surtout ses propos haineux et insultants contre les femmes voilées, et son soutien flagorneur d’Alain Finkielkraut quand il attaque l’islam et les musulmans.

——-

KAMEL KABTANE

KAMEL KABTANE

Recteur de la Grande Mosquée de Lyon.
Président de l’Institut français de civilisation musulmane.

Secrétaire Général de la fondation de l’islam de France.
Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

Son principal grief contre Ghaleb Benchikh : la grosse tête qu’il a prise depuis qu’il a été adoubé et par Mohamed Al-Issa, très corrompu ancien ministre saoudien de la Justice, Président de la très dépensière Ligue Islamique Mondial.

Il lui reproche surtout de trahir les promesses et les engagements qu’il a pris, pour ne penser qu’à sa propre « désir » : devenir le Monsieur Islam de France sur le plan international, avec le statut d’ambassadeur comme l’a été son père défunt.

——-

CHEMS-EDDINE HAFIZ

CHEMS-EDDINE HAFIZ

Vice-président du conseil français du culte musulman.
Avocat au barreau de Paris.
Président de l’association Vivre l’Islam.

Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.
Recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Son principal grief contre Ghaleb Benchikh : il est un agent de « pourrissement et de dissolution » de l’islam en France sous couverture de l’aggiornamento :
1/ en exagérant l’édulcorant de la rhétorique soporifique pour essayer de dissimuler sa volonté de dissoudre les fondements canoniques de l’islam…
2/ en agitant ses hommes de main dans les eaux troubles de la lutte entre les chapelles et personnalités musulmane en France pour essayer de réaliser son rêve : être le Grand Monsieur (le Vizir) de l’islam de France.

Il lui reproche ainsi d’utiliser sa posture de leadership (soutenu par plusieurs lobbys), pour régler des comptes égoïstes avec les autres représentants de l’islam en France.
Il lui reproche aussi d’utiliser son imposture intellectuelle (soutenue par ses one-man-shows grandiloquents) pour diluer le venin de l’islamophobie.

Comme développé dans l’article P’tits règlements de compte contre la Grande mosquée de Paris, Victor Ghaleb Benchikh et le général Ali Ben Daoud sont les principaux instigateurs ou commanditaires des attaques incendiaires, souvent haineuses et mensongères, contre le nouveau recteur de la principale institution de l’Islam en France.

——-

SADEK BELOUCIF

Médecin, chef du service d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Avicenne.
Ancien membre du Comité national d’éthique.

Président du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

Son principal grief contre Ghaleb Benchikh : il est autant un nouvel agent de la corruption de l’islam en France par les pétrodollars, que le responsable de la dissolution de la Fondation de l’Islam en France dans la vanité et la cupidité.

Il lui reproche surtout de provoquer la paralysie des organes directives de la Fondation de l’Islam en France pour ne servir que son égo hypertrophié, pour ne laisser croitre que les dérives flibustières de sa carrière et les dépenses financières de « sa » Fondation.

——-

HAÏM KORSIA

HAÏM KORSIA

Grand-rabbin de France depuis 2014.
Ancien aumônier en chef du culte israélite des armées,

Ami très proche et très influent du président Emmanuel Macron

La raison principale de son soutien à Ghaleb Benchikh :
1/ Benchikh est soutenu par les lobbys sionistes, surtout le CRIF, pour devenir le représentant des musulmans de France, surtout le recteur de la Grande Mosquée de Paris.
2/ Benchikh et Korsia soutiennent leur nouvel ami (et généreux bienfaiteur) Mohamed Al Issa, patron de la Ligue islamique Mondiale, pour servir les désirs de MBS et Netanyahou, pour encenser et faire avancer le rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite, comme développé dans le premier chapitre.

——-

DIDIER LESCHI

DIDIER LESCHI

Préfet, directeur de l’OFII, Office français de l’immigration et de l’intégration
Ancien préfet délégué à l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis.
Ancien chef du bureau central des cultes du Ministère de l’intérieur.

Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

La raison principale de son soutien à Ghaleb Benchikh :
ils partagent la même haine stupide de l’Algérie qui les a fait saliver avant d’être vomis des canaux clientélistes…
et le même amour cupide du Maroc qui les tant invités dans ses palaces, sous couverture de participation aux colloques, pour leur offrir des vacances et des cadeaux consommables ou conservables.

——-

ARNAUD SCHAUMASSE

ARNAUD SCHAUMASSE

Sous-directeur au Ministère de la Culture en charge de l’archéologie

Ancien directeur du Bureau Central des Cultes au Ministère de l’Intérieur.

La raison principale de son soutien à Ghaleb Benchikh :
ils partagent nombre de centres d’intérêt, tels : la même loge maçonnique, les mêmes tendances sexuelles, le même mépris de la communauté musulmane considérée comme GHACHI : un cheptel d’une clientèle bête et méchante…

——-

MOHAMED AL ISSA

MOHAMED AL ISSA

Le très corrompu (et corrupteur) Mohamed Al-Issa est l’ancien ministre saoudien de la justice (la torture et le meurtre).

Il est un très proche conseiller de MBS qui l’a autorisé à dépenser sans compter.

Il est le patron de la richissime Ligue Islamique Mondiale, organisation sulfureuse et dangereuse considérée pendant des décennies comme le soutien religieux et financier de l’intégrisme avec toutes ses nuances, du salafisme au djihadisme…

La raison principale de son soutien à Ghaleb Benchikh :
1/ Le franco-algéro-saoudine est le cheval du Troie de la nouvelle ingérence saoudienne dans l’islam en France.
2/ Ce beau-parleur est aussi utilisé comme pigeon voyageur dans le rapprochement entre les lobbys saoudiens et israéliens (ou israélites), dans le roucoulement entre MBS et Netanyahou, dans l’escamotage de l’écoulement du sang yéménite ou palestinien.

——-

HAKIM EL KAROUI

HAKIM EL KAROUI

Fondateur du Club XXIème siècle.
Coordinateur de l’étude « Un Islam français est possible » (Institut Montaigne, 2016).
Président de l’ AMIF : Association Musulmane pour l’Islam de France.
Ancien conseiller du premier ministre Jean-Pierre Raffarin.
Ancien président de l’Institut des Cultures de l’Islam.

Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

La raison principale de son soutien à Ghaleb Benchikh :
1/ Les pétrodollars : EL Karoui profite du portefeuille relation du sujet saoudien Bencheikh pour démarcher des clients saoudiens fortunés (émirs et décideurs) pour sa société VOLENTIA.
2/ Les Frères Musulmans : même s’ils sont officiellement opposés à l’islam politique et aux frères musulmans, EL Karoui et Benchikh s’appuient sur leur vitrine officielle en France : l’UOIF, Union Des Organisations Islamiques, devenue Musulmans de France… dans le seul but de faire une OPA sur l’islam en France.

——-

BARIZA KHIARI

BARIZA KHIARI

Ancienne sénatrice de Paris.
Cofondatrice du Club XXIe siècle.

Présidente de l’institut des cultures d’Islam.
Membre du Conseil d’orientation de la fondation de l’islam de France.

La raison principale de son soutien à Ghaleb Benchikh : l’argent du Makhzen qui finance son mari, Saad, et leur fils, Amin, et soutient leurs « affaires » politico-financières entre le Maroc et le Qatar.

——-

SADEK SELLAM

SADEK SELLAM

Il est le principal homme de main (de plume) de Victor Ghaleb Benchikh qu’il a recruté d’abord comme nègre en novembre 2018, quand Benchikh a été désigné par Saïd Bouteflika, l’ancien régent d’Alger, pour remplacer Dalil Boubakeur comme recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Mais dès que le gouvernement algérien retire, deux mois plus tard, le nom de Benchikh comme futur recteur de cette mosquée, comme développé dans l’enquête Victor Ghaleb Bencheikh : le Narcisse de l’islam de France, Sadek Sellam devient la « bazooka » et la « bazka » (crachat) de Benchikh contre l’Algérie et contre la Grande Mosquée de Paris.

Comme développé dans l’article Sadek Sellam: le trafiquant des contes pour régler des comptes, il est devenu le principal mercenaire de Mondafrique, le chaouch de Nicolas Beau, parfois sous le pseudonyme de Louise Dimitrakis, dans l’excitation de l’information mythomane et l’agitation de la diffamation pyromane contre l’Algérie et contre le nouveau recteur Hafiz.

Cette hystérie haineuse s’est intensifiée et multipliée dès février 2010, après l’expulsion de Sadek Sellam, par Chems-Eddine Hafiz, de l’institut Ghazali qui dépend de la Grande Mosquée de Paris.

Pendant plusieurs années, malgré ses attaques contre la Grande Mosquée de Paris, mais grâce à son chantage au silence contre son ancien recteur Dalil Boubakeur, Sadek Sellam empochait 1600 euros par mois contre 2 heures de cours par semaine.

Maintenant, il ne reste à Sadek Sellam que le bakchich de Nicolas Beau et les pots de vin de Ghaleb Bencheikh, un argent sale qui récompense sa soif de vengeance, son ivresse de mythomanie… et sa schizophrénie de double-allégeance.

Il ne reste à Sadek Sellam que faire le trottoir contre l’Algérie pour ne pas se retrouver dans la rue… en France.

Related posts